july, 2019

18jul9 h 00 min12 h 00 minSoutenance de thèse Leticia Vitola Pasetto

more

Event Details

Titre : Étude et développement d’un procédé de traitement des odeurs par oxydation à l’ozone. Application aux effluents gazeux d’usines de production de superphosphate

Composition du jury :

Mme Marie-Hélène MANERO IUT Paul Sabatier – LGC Directeur de thèse
Mme Valérie SIMON ENSIACET – LCA Co-directeur de thèse
M. Frédéric VIOLLEAU Ecole d’Ingénieurs de PURPAN – LCA Co-directeur de thèse
M. Frédéric THEVENET IMT Lille Douai Rapporteur
M. Dominique WOLBERT Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Rennes Rapporteur
M. Jean-Michel GUILLOT IMT Mines Alès Examinateur
Mme Isabelle POLAERT INSA de Rouen Examinateur
M. Laurent WILLAIN CERA – Groupe Roullier Invité

Résumé :
Dans le procédé de production d’engrais à base de superphosphate, l’attaque de la roche phosphatée par l’acide sulfurique génère des sous-produits gazeux odorants. Bien que leurs émissions se situent dans les limites réglementaires, les usines d’engrais à base de superphosphate sont susceptibles de causer des nuisances olfactives pour les riverains. Cette thèse propose d’étudier la faisabilité d’un procédé de traitement des odeurs par l’ozonation en phase gazeuse homogène. Une première étape de priorisation des composés chimiques ayant le potentiel odorant le plus important a été réalisée. Ce classement a été effectué à partir d’un rapport technique fourni par notre partenaire industriel basé sur une campagne de mesure olfactométrique et de caractérisation chimique des gaz émis par la cheminée d’une usine de production des engrais superphosphate. À partir du calcul de la valeur d’activité odorante (OAV), deux familles de composés ont été ciblées : les composés soufrés – représentés par le sulfure d’hydrogène (H2S), le sulfure d’éthylméthyle (MES) et le disulfure de diméthyle (DMDS) – et les aldéhydes (représentés par le propanal et le butanal). Deux techniques analytiques (GC/FID et SIFT/MS) ont été mises en oeuvre afin d’évaluer les performances d’élimination de ces composés, la difficulté d’analyser une matrice gazeuse contenant de l’ozone ayant été mise en évidence. Ainsi, une interférence de l’ozone sur l’analyse des aldéhydes par GC/FID a été identifiée. La technique SIFT/MS a, quant à elle, nécessité un développement important. L’ozonation d’effluents gazeux modèles a été réalisée en suivant l’élimination des composés cibles dans différentes conditions de fonctionnement (temps de résidence, température du réacteur, concentration en ozone et taux d’humidité) dans un domaine expérimental compatible avec les contraintes industrielles. Les composés soufrés ont présenté des taux d’élimination élevés, particulièrement dans le cas de H2S, dont les conversions ont atteint environ 80%. Les monosulfures (MES) et disulfures organiques (DMDS) se sont montrés moins réactifs à l’ozone, puisque les conversions sont restées assez faibles (de l’ordre de 30% pour un ratio O3/soufrés similaire). Dans la gamme de conditions  opératoires utilisées, ni l’humidité, ni le temps de résidence dans le réacteur n’ont montré d’influence considérable. La concentration d’ozone s’avère être le paramètre du procédé le plus influant, ayant un effet positif sur les taux de conversion des trois composés soufrés étudiés. Parallèlement, pour le DMDS, une augmentation de la température du réacteur a aussi amélioré la conversion. De manière globale, les taux de conversion les plus importants ont été obtenus pour les ratio O3/soufrés et la température du réacteur les plus élevés. A l’inverse, même lorsque les conditions de réaction les plus favorables ont été appliquées (température et concentration d’ozone les plus élevées), les aldéhydes se sont montrés non réactifs vis-à-vis de l’ozone. Malgré les faibles conversions obtenues, l’utilisation du SIFT/MS a permis d’identifier les principaux sous-produits de la réaction ozone-composés soufrés en phase gazeuse comme étant le méthyléthylsulfoxyde (MESO), le méthyléthylsulfone (MESO2), le diméthyl thiosulfinate (DMSOS), les isomères de diméthyl thiosulfonate (DMSO2S), le diméthyldisulfoxyde (DM(SO)2) et également le dioxyde (SO2) et le trioxyde de soufre (SO3). Le procédé de traitement des odeurs par ozonation directe des gaz en sortie de cheminée industrielle apparaît donc difficilement envisageable en raison de la faible efficacité d’élimination des composés malodorants démontrée dans nos essais. En revanche, cette technique couplée avec une absorption chimique pourrait s’avérer intéressante pour éliminer les nuisances olfactives avec une bonne efficacité.

Time

(Thursday) 9 h 00 min - 12 h 00 min

Location

Salle des thèses ENSIACET

X