Décembre, 2019

17dec10 h 00 min13 h 00 minSoutenance de thèse Fatma FEZAI

more

Détails

Élaboration d’un capteur électrochimique basé sur une interface mixte film de diazonium/nanoparticules  d’or pour la détection des traces de mercure dans les eaux naturelles“.

La soutenance aura lieu le Mardi 17 Décembre 2019 à 10h à l’amphi 2 de la MRV.

Membres du jury :

  • Alexander KUHN, Professeur des Universités à l’ENSCBP, Institut des Sciences Moléculaires, Bordeaux  Rapporteur
  • Mme. Ciara O’SULLIVAN, Professeur à l’Université Rovira i Virgili (URV), Catalan Institution for Research and Advances Studies, Tarragone, Rapporteur
  • Philippe HAPIOT, Directeur de Recherches CNRS,  Institut des Sciences Chimiques de Rennes, Université de Rennes 1. Examinateur
  • Mme. Catherine AMIENS, LCC, Professeur à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, Laboratoire de de Chimie de Coordination. Examinatrice
  • David EVRARD, Maître de Conférences HDR, Laboratoire de Génie Chimique, Université Toulouse III –  Paul Sabatier.  Co-directeur de thèse
  • Mme. Martine MEIRELES, Directrice de Recherches CNRS, Laboratoire de Génie Chimique, Université Toulouse III –  Paul Sabatier Co-directrice de thèse

Résumé de la thèse:

Le mercure est un métal toxique provenant des rejets industriels et des émissions naturelles. Ayant la propriété de s’accumuler dans les organismes vivants, il est présent dans tous les éléments de la chaîne alimentaire. Il est à l’origine de nombreuses maladies rénales, respiratoires, nerveuses et peut même entraîner la mort à hautes doses. Il est donc nécessaire d’assurer un suivi continu du niveau de pollution dans les eaux naturelles. Les techniques spectroscopiques classiques utilisées actuellement permettent de détecter le Hg(II) à des faibles concentrations mais elles sont souvent coûteuses et complexes, d’où le besoin de développer d’autres techniques plus simples pour un suivi en temps réel.

Dans ce contexte, les capteurs électrochimiques se distinguent comme une excellente alternative, simple et peu coûteuse, pour les mesures in situ. L’objectif de ces travaux est le développement d’un capteur électrochimique basé sur la fonctionnalisation d’une électrode de carbone vitreux (CV) par des nanoparticules d’or (AuNPs) utilisées pour améliorer la sensibilité et la sélectivité du capteur. En premier lieu, les AuNPs ont été électrodéposées sur une électrode de carbone vitreux modifiée avec des couches organiques. Les interfaces mixtes ainsi obtenues ont été caractérisées par diverses méthodes électrochimiques (sondes redox, activation électrochimique en milieu acide) et microscopiques (MEB, AFM). Ensuite, les performances analytiques du capteur ont été évaluées par la détection de différentes concentrations de Hg(II) par redissolution anodique à vague carrée (SWASV). L’interface a ainsi permis de doser des concentrations de l’ordre du nM et du pM. Par ailleurs, une étude de la sélectivité a été menée en présence de plusieurs cations métalliques. La stabilité du capteur a également été étudiée après un stockage de plusieurs semaines dans 3 milieux de stockage différents : air, HCl et tampon phosphate. Enfin, des tests de détection ont été réalisés dans des échantillons d’eaux naturelles de diverses provenances.

Date et heure

(Tuesday) 10 h 00 min - 13 h 00 min

Location

Amphi 2 de la Maison de la Valorisation et de la Recherche (MRV)

X