Vieillissement, dégradation, rupture de matériaux métalliques… tous les secteurs industriels sont concernés par la corrosion des structures en béton armé. En France, la dégradation des matériaux sous l’effet de l’environnement coûte chaque année plusieurs dizaines de millions d’euros. Outre ce coût exorbitant, des problèmes majeurs de fiabilité, de sécurité et de santé sont liés à ces phénomènes de corrosion. Pour lutter contre ces dégradations, une équipe toulousaine vient de breveter un procédé écologique et renouvelable à partir d’eau de mer et les sédiments marins.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site CNRS Occitanie et sur le site de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier.

X