Accueil > Actualités > Recherche

Recherche

Trophées des Étoiles de l’Europe 2014 : Un chercheur du LGC primé !

C’est avec fierté que le LGC a vu Régine Basséguy directeur de recherche au LGC au sein du département BioSym primée (trophées des étoiles de l’Europe 2014) pour le projet européen BIOCOR qu’elle a coordonné pendant 4 ans.

Régine Basséguy : Crédit MENESR XR Pictures

- La remise du prix : 16 décembre 2014

La remise des trophées des Etoiles de l’Europe 2014 s’est déroulée à Paris au Musée du Quai Branly le 16 décembre dernier à l’issue du forum horizon 2020.
Les trophées des Étoiles de l’Europe ont été remis successivement par Madame Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Monsieur Harlem Désir, secrétaire d’État aux Affaires européennes.

Régine Basséguy et Madame Geneviève Fioraso (à droite), secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Ces trophées mettent en avant l’engagement et le travail qui a été accompli par les coordinateurs de projets et leurs équipes. Les trophées des Étoiles de l’Europe ont donc été remis à douze coordinateurs de projets.
Sur 164 projets qui se sont achevés en 2013-2014 et donc pouvant concourir à ce prix, 61 projets ont postulé pour ce prix.
Le jury de haut niveau a sélectionné sur de nombreux critères 12 projets finalistes.
C’est donc pour cette seconde édition des trophées des étoiles de l’Europe que Régine Basséguy a reçu l’un de ces 12 trophées pour la coordination du projet BIOCOR.

Le trophée des Etoiles de l’Europe 2014
  • Les douze lauréats des Étoiles de l’Europe 2014 :
    • Régine BASSEGUY, directrice de recherche au C.N.R.S. (DR2).
      Projet BIOCOR ITN - Réseau de formation par la recherche en Biocorrosion.
    • Andreas ZEINERT, maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne, laboratoire de physique de la matière condensée.
      Projet BISNANO : Fonctionnalités de nanostructures à base de bismuth.
    • Olivier BALET, directeur technique de la société DIGINEXT.
      Projet CHESS : Plateforme pour la création et la publication d’expériences culturelles interactives et adaptatives.
    • Christine MORIN, directrice de recherche, responsable de l’équipe de recherche Myriads (Inria Rennes - Bretagne Atlantique)
      Projet CONTRAIL : Infrastructures de calcul ouvertes pour des services élastiques.
    • Monique AXELOS, directrice de recherche à l’INRA, chef du département caractérisation et évaluation des produits issus de l’agriculture (C.E. P.I.A.).
      Projet DREAM : Conception et développement de modèles alimentaires réalistes avec une composition et une micro- et macro-structure bien caractérisée.
    • Franck DUMEIGNIL, membre I.U.F. Junior, FRSC, professeur à l’Université de Lille, directeur adjoint de l’U.C.C.S., C.N.R.S.
      Projet EUROBIOREF : Elaboration d’une nioraffinerie européenne intégrée multi-niveaux pour le traitement durable de la biomasse.
    • Odile BOESPFLUGTANGUY, professeur de génétique médicale, faculté de médecine, Université Paris 7, chef d’équipe de recherche "leucodystrophies", INSERM , praticien hospitalier neuropédiatrie, hôpital Robert Debré.
      Projet LEUKOTREAT : Défi thérapeutique dans les leucodystrophies : recherche translationnelle et éthique à visée d’essais cliniques.
    • Dafiné RAVELOSONA, directeur de recherche C.N.R.S., responsable du département de nanoélectronique à l’Institut d’électronique fondamentale, Université Paris Sud-C.N.R.S.
      Projet MAGWIRE : Nanopistes magnétiques pour mémoires d’ultra haute densité.
    • Jean-Louis PEYRAUD, chargé de mission auprès du directeur scientifique agriculture de l’INRA.
      Projet MULTISWARD : Prairies multi-espèces et stratégies multi-échelles pour des systèmes de production de ruminants multifonctionnels.
    • Serge FDIDA, professeur d’informatique U.P.M.C. Sorbonne Universités et C.N.R.S., vice-président Europe.
      Projet OPENLAB : Extension des plates-formes et outils de l’Internet du futur.
    • ABDERRAHIM AL MAZOUZI, ingénieur chercheur senior et chef de projet au département des matériaux et mécaniques des composants à E.D.F. Lab. Les Renardières.
      Projet PERFORM 60 : Modélisation multi-échelle du comportement de la cuve et des internes de cuve des réacteurs nucléaires pour une durée de vie de 60 ans.
    • Florence DELPRAT-JANNAUD, chef de projet, I.F.P. Énergies nouvelles, division géosciences .
      Projet SITECHAR : Caractérisation du stockage du C02 européen
Les 12 lauréat avec Madame Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et Monsieur Harlem Désir, secrétaire d’État aux Affaires européennes
  • Composition du jury
    • Présidente du jury :
      • Brigitte Plateau - ALLISTENE
    • Membres du jury :
      • Jacques Bittoun – Ancre
      • Jean-Philippe Bourgoin - C.E.A.,
      • Fabienne Casoli – CNES
      • Christine Clerici - Université Paris 7 Diderot
      • Thierry Damerval – AVIESAN
      • Jacques Fayolle – Cdéfi
      • Jean-Pierre Finance C.P.U.
      • Alain Fuchs – Athena
      • François Houllier – AllEnvi
      • Hélène Jacquot-Guimbal- IFSTTAR
      • Philippe Lattes - Aerospace Valley.
      • Medur Sridharan - BULL

- Le projet BIOCOR :
La biocorrosion est un fléau qui touche les matériaux utilisés dans de nombreux domaines industriels : industries pétrolières, électriques, nucléaires, … Il s’agit de l’accélération de la dégradation des matériaux conducteurs en présence de microorganismes qui adhèrent à la surface.

L’étude des phénomènes de biocorrosion est par essence pluridisciplinaire
Ainsi pour défragmenter et structurer ce domaine au niveau européen, le projet BIOCOR a vu le jour en septembre 2009 sous la coordination du LGC, il rassemblait 16 équipes académiques et industrielles de 9 pays européens. Le principal objectif était de créer un pool d’experts en Biocorrosion, qui pourront par la suite apporter des solutions innovantes aux attentes des industriels.
BIOCOR a été un projet tourné vers l’industrie avec une démarche basée sur des études de cas pratiques de Biocorrosion, dans le domaine du pétrole et de l’énergie. Il a favorisé la collaboration par des co-encadrements et la mobilité des chercheurs au sein du réseau, le partage de méthodologies et de protocoles, la distribution d’échantillons de terrain pour les étudier en laboratoire, ainsi que des visites de sites industriels.

  • Parmi les chiffres clefs :
    • 16 chercheurs formés
    • 10 thèses soutenues,
    • Le bon placement de ces chercheurs : 5 sont post-doctorants, 2 continuent leur thèse et 4 sont actuellement en poste chez les partenaires industriels qui ont ainsi reconnu la qualité de la formation au sein du réseau.
    • 2 professeurs invités
    • 23 cours
    • 2 semaines de formation ouvertes à l’extérieur du réseau.
      Le projet a également une visibilité à l’international à travers la présidence d’une commission de l’European Federation of Corrosion et une production scientifique riche : 42 publications, 84 communications et l’édition de 2 ouvrages.

- En savoir plus sur :

Agenda

Ajouter un événement iCal