Accueil > Productions Scientifiques > Projets de recherche > Projets coordonnés par un membre du LGC > Projet ADEME - PIVICI

projet PIVIVI

- Résumé :
Ce projet vise à exploiter et à étendre les méthodologies d’intégration énergétique afin de proposer un ensemble de solutions qui permettent d’obtenir une réduction significative de la consommation énergétique primaire et des émissions de gaz à effet de serre d’un procédé de fabrication de PVC suspension pouvant aller jusqu’à 20%. Plus précisément, l’analyse portera sur l’optimisation de la récupération thermique interne au procédé moyennant la mise en place d’un réseau d’échangeurs de chaleur, l’amélioration de l’efficacité des équipements utilitaires mais aussi la prise en compte de ces contraintes énergétiques dans la conduite opérationnelle de l’atelier. Pour atteindre ce but, l’approche mise en œuvre s’appuiera d’abord sur les méthodologies d’intégration énergétique déjà existantes telles que l’analyse pincement. Toutefois, les méthodologies supposent que les procédés étudiés fonctionnent en régime permanent. Il sera donc nécessaire d’enrichir ces méthodologies de manière à intégrer dans l’analyse l’aspect dynamique lié au fonctionnement non stationnaire des procédés discontinus.
La méthodologie développée dans le cadre de ce projet et son application à un cas d’étude concret résultera d’une coopération étroite entre INEOS ChlorVinyls France qui fournira le cas d’étude et le laboratoire de Génie Chimique (LGC) qui mettra en œuvre la méthodologie autour des outils dont il a la maîtrise (modélisation, simulation et conduite de procédés, intégration énergétique, optimisation).

Sur le procédé étudié, il s’agira plus précisément de :

  • Etablir un diagnostic du procédé dans les conditions de fonctionnement actuelles afin d’évaluer sa consommation énergétique,
  • Proposer une modélisation du procédé permettant d’établir des bilans matière et énergie cohérents nécessaires pour l’analyse énergétique du procédé,
  • Déterminer au moyen d’une analyse pincement le Minimum d’Energie Requise (MER) du procédé dans la configuration actuelle en tenant compte notamment des facteurs suivants : niveau et type de production, température atmosphérique et humidité
  • Evaluer l’impact des contraintes opérationnelles liées au fonctionnement discontinu de la partie réactionnelle du procédé sur le Minimum d’Energie Requise,
  • Identifier les leviers permettant de réduire l’écart entre consommation minimale et consommation actuelle,
  • Proposer des technologies de conversion d’énergie plus efficientes afin d’optimiser le fonctionnement du procédé global tout en s’assurant la viabilité économique du système,
  • S’assurer de la robustesse des solutions proposées en cas d’évolution de la demande.