Accueil > Actualités > Archives des actualités > Année 2010

Soutenances

16 novembre : Quoc Phong LAI (Dir. P. TAILLANDIER & C. BRANDAM)

Utilisation de levures non-Saccharomyces en œnologie : Études des interactions entre Torulaspora delbrueckii et Saccharomyces cerevisiae en cultures mixtes

Mardi 16 novembre : 10h, Salle des thèses ENSIACET

Résumé

L’utilisation de souches de levures sélectionnées pour réaliser la fermentation alcoolique est une pratique très répandue en œnologie. Après le développement de l’utilisation de levains de souche pure de Saccharomyces, l’innovation est aujourd’hui dans la mise en œuvre de levains mixtes de Saccharomyces et de non-Saccharomyces qui permettent de diversifier les produits finaux obtenus. La problématique réside dans l’existence d’interactions entre les souches rendant difficile la maîtrise dela fermentation. T.delbrueckii présente dans la flore indigène du mout de raisin est une des levures non-Saccharomyces les plus appropriées pour entrer dans la composition de ces levains mixtes. En effet, elle présente une bonne capacité fermentaire et peut permettre d’augmenter la complexité aromatique du vin ou encore de réduire son acidité volatile. L’objectif de ce travail était d’étudier les interactions pendant la fermentation alcoolique entre des souches sélectionnées pour l’œnologie : une T. delbrueckii et une S. cerevisiae. Pour cela des expériences ont été réalisées dans des milieux synthétiques simulant le moût de raisins blancs. Le comportement des souches pures a tout d’abord été caractérisé. Il a été montré quela souche S.cerevisiae avait de meilleures performances fermentaires d’un point de vue cinétique quela souche T.delbrueckii. Toutefois, T. delbrueckii a montré des capacités acceptables pour épuiser les sucres et surtout a permis d’obtenir des profils aromatiques différents. Le comportement vis-à-vis de l’oxygénation des moûts de ces deux levures est assez semblable, T. delbrueckii étant cependant beaucoup plus sensible à ce paramètre que S. cerevisiae. L’interaction entre ces deux levures a ensuite était étudiée dans un bioréacteur à membrane sous anaérobie stricte dans différentes conditions : composition en azote assimilable du milieu et stratégie d’inoculation. Il a été clairement mis en évidence que T. delbrueckii était affectée par la présence de S. cerevisiae. Le type d’interaction soupçonné est celui d’amensalisme lié à l’excrétion par S. cerevisiae d’un constituant toxique pour T. delbrueckii. Dans ces conditions, la stratégie d’inoculation recommandée est l’ensemencement séquentiel des levures : T. delbrueckii en début de fermentation, puis l’ajout de S. cerevisiae 48 h après. Ceci permet à T. delbrueckii de se développer et d’exprimer son potentiel aromatique avant que S. cerevisiae ne soit introduit pour assurer une fin rapide dela fermentation. Toutefois, nous avons montré que même dans ces conditions, l’implantation de T. delbrueckii n’était pas garantie car, le moût n’étant pas stérile, une présence, même faible, de S. cerevisiae dans la flore naturelle peut inhiber sa croissance. Par ailleurs, il a été mis en évidence que dans les mouts à faible teneur en azote initial, ce constituant pouvait être épuisé au moment de l’inoculation de S. cerevisiae. Dans ces conditions, S. cerevisiae ne peut se développer et l’achèvement de la fermentation est alors problématique.

Mots-clés

  • Saccharomyces cerevisiae
  • Torulaspora delbrueckii
  • Interactions levuriennes
  • Vin
  • Micro-oxygénation du moût
  • fermentations mixtes, séquentielles
  • qualité aromatique du vin, esters
  • Bioréacteurs à membranes

Composition du jury

  • Jean Michel SALMON
  • Marielle BOUIX
  • Pierre STREHAIANO
  • Anne JULIEN-ORTIZ
  • Patricia TAILLANDIER (directeur de thèse)
  • Cédric BRANDAM (co-encadrant)

Agenda

Ajouter un événement iCal