Accueil > Actualités

Vendredi 2 juin 2017 : Thèse de Célestine VOEGEL

Vendredi 2 juin 2017 : Thèse de Célestine VOEGEL

- La thèse se déroulera le Vendredi 2 juin 2017 à 10h en Amphithéâtre Joseph Fourier(Campus INSA Toulouse)

Intitulé de la Thèse :
- "Impact biochimique des effluents agricoles et agroindustriels sur les ouvrages en béton dans la filière de méthanisation"

Jury
- Josée DUCHESNE, Prof. Université Laval, rapportrice
- Christine LORS, Prof. IMT Lille-Douai, rapportrice
- Alexandre GOVIN, Mcf. Mines Saint-Etienne, examinateur
- Eric D. van HALLEBUSCH, Prof. IHE Delft, examinateur
- Cédric PATAPY, Mcf. Université Toulouse III, examinateur
- Matthieu PEYRE-LAVIGNE, INSA Toulouse, examinateur
- Alexandra BERTRON, Prof. INSA Toulouse, directeur de thèse
- Benjamin ERABLE, CR CNRS, co-directeur de thèse

Résumé
- La digestion anaérobie est une succession d’étapes de dégradation de la matière organique, par l’intermédiaire de microorganismes, opérée industriellement dans des digesteurs en béton. Des métabolites microbiens (acides gras volatils (AGV), NH4+, CO2) produits au cours du processus de digestion attaquent la matrice cimentaire du béton. Afin d’assurer un développement pérenne de la filière de méthanisation, il est donc nécessaire de comprendre d’abord tous ces phénomènes d’altération pour ensuite proposer des solutions durables pour les matériaux de construction des digesteurs. Les objectifs de la thèse visaient à identifier et quantifier les agents agressifs pour le béton présents dans les milieux de la méthanisation, puis à comprendre leurs rôles dans les mécanismes d’altération des matrices cimentaires. Enfin, l’action de ces milieux a pu être comparée sur un panel de matériaux cimentaires réalisées à partir de différents liants : ciment Portland ordinaire, ciment de haut-fourneau, ciment d’aluminate de calcium et liant alcali activé.
- Dans des digesteurs de laboratoire, les concentrations maximales des agents chimiques agressifs mesurées pendant la digestion anaérobie d’un biodéchet modèle étaient de 3000 mg.L-1 d’AGV, de 800 mg.L-1 de NH4+, et de 140 mg.L-1 de CO2 dissous. La prolifération de microorganismes capables de métaboliser ces composés chimiques agressifs a été observée à la surface des matériaux cimentaires exposés dans le biodéchet au cours de sa digestion. La zone dégradée des matériaux cimentaires exposés est partiellement décalcifiée, vraisemblablement du fait de l’action des AGV et de l’ammonium NH4+, et carbonatée en raison de la présence de CO2 dissous. Des essais in situ, c’est à dire en conditions réelles, réalisées sur une plateforme expérimentale de méthanisation, ont permis de confirmer les phénomènes d’altération observés en laboratoire.
- En termes de durabilité, le ciment alumineux présente la meilleure résistance face aux attaques biochimiques lorsqu’on le compare au ciment ordinaire ou aux ciments composés de laitier de haut-fourneau au sein de systèmes de méthanisation en laboratoire ou in situ.

Mots-Clés

- Matériaux cimentaire ; Biodétérioration ; Attaque acide ; Digesteur anaérobie