Accueil > Newsletter > Vie du LGC > Evènements

Présentation Lionel ESTEL - Mercredi 03 mai : thèmes de recherche de l’équipe « Intensification des Procédés » du Laboratoire de Sécurité des Procédés Chimiques (INSA Rouen - Normandie Université)

- Lionel ESTEL, Professeur des Universités actuellement en CRCT au LGC fera une présentation des thèmes de recherche de l’équipe « Intensification des Procédés » du Laboratoire de Sécurité des Procédés Chimiques (INSA Rouen - Normandie Université) le mercredi 3 mai de 9h30 à 12h en amphi 100 (Campus INP-ENSIACET)

- L’objectif de cette matinée sera de renforcer ou de développer des collaborations avec les équipes du LGC sur les thèmes suivants :

  • 1) Captage du CO2 par les alcalonamines
  • 2) Etude et modélisation du chauffage par hystérésis diélectrique
  • 3) Les effets DOMINO "accidents industriels en cascade".

- Un exposé plus détaillé portera sur l’étude et la modélisation du chauffage par hystérésis diélectrique (L’exposé présente les principales réalisations de l’équipe dans ce domaine)

- Contrairement au chauffage conventionnel qui s’opère sous l’effet d’une différence de température, au travers d’une surface et de couches limites thermiques, le chauffage par hystérésis diélectrique est un phénomène volumique qui génère un terme source au sein même d’un matériau non conducteur de l’électricité. Le champ électromagnétique responsable de l’échauffement est lié à l’interaction entre l’onde électromagnétique et la matière. La structure de ce champ sera d’autant plus complexe que l’onde se propage de façon mono ou multimodale dans une géométrie permettant les réflexions multiples.
- Pour les cavités multimodales la complexité du champ ne permet ni la reproductibilité, ni l’homogénéité du chauffage, de plus les puissances réfléchies sont élevées et de ce fait, les densités de puissance appliquées très limitées. La propagation guidée est utilisée pour la conception d’applicateurs monomodes permettant de hautes densités de puissance. La grande rapidité de réponse de ce chauffage sans inertie thermique demande un contrôle avancé de la puissance appliquée. L’apparition de résonances dimensionnelles dans le réacteur cylindrique complique a priori le problème de l’optimisation de la conversion de l’énergie et de l’homogénéité de la température car ce phénomène présente de fortes discontinuités.